Le mot couvreur désigne le professionnel qui travaille dans le domaine des travaux relatifs à la toiture. Grâce à sa maîtrise du domaine, cet artisan du bâtiment est apte à travailler n’importe quel type de toit. Afin de réussir ses tâches, il doit être bien équipé. Quels outils doit-il disposer ? Cet article vous informe.

Quels sont les outils de travail d’un couvreur ?

Pour tous les types de travaux qui lui seront confiés, un couvreur professionnel comme https://www.charpentier-couvreur-37.fr/ se sert des outils de base qui l’accompagnent partout. D’abord, le marteau de charpentier est son meilleur allié. Ce matériel dispose d’un arrache-clou ainsi que d’une porte-clou magnétique. Ensuite, il possède un tire-clou équipé de lames interchangeables. Puis, l’enclume du couvreur est un de ses outils spécifiques, permettant de façonner les ardoises pour qu’elles soient droites ou courbées. Ce professionnel utilise également une équerre et une fausse équerre. Ces deux outils sont indispensables dans les traçages géométriques. À cette liste s’ajoute le cordeau qui lui est utile pour le traçage d’une ligne pour parfaire la pose des crochets de gouttière. En outre, l’artisan emploie une guillotine pour sectionner certains matériaux assez compacts. Cette liste n’est pas exhaustive. Beaucoup d’autres matériels peuvent s’y joindre, en fonction de la prestation que l’expert sera amené à réaliser.

Quels sont les équipements de sécurité qu’un couvreur doit disposer ?

Pour sa sécurité, le couvreur est obligé de se munir des équipements spécifiques. D’abord, il doit porter des EPI : chaussures, gants, casques, harnais de sécurité, etc. Ensuite, l’usage d’un échafaudage de couvreur, d’une échelle de toit ainsi que d’un stabilisateur d’échelle est incontournable.

Également appelé console de couvreur, l’échafaudage de couvreur est un support facilitant l’accès au toit. Il ne demande pas d’équilibre. Cet équipement se décline en deux types en fonction de son système d’installation. On distingue l’échafaudage sur pied et l’échafaudage en suspension.

Quant à l’échelle de toit, tout est dans le nom. C’est une échelle faite de bois ou d’aluminium qui est placée au-dessus du toit. Elle est surtout utile pour les toitures en pente. Elle permet à l’intervenant de travail aisément.

Et enfin, le stabilisateur d’échelle est un dispositif servant à fixer l’échelle.  Le but est de  favoriser l’équilibre malgré le terrain accidenté sur lequel l’échelle est posée.

Les outillages selon le type toit

Pour la toiture en bois, les bardeaux sont inévitables. Afin d’en fabriquer, le couvreur aura besoin d’une scie ou bien d’une tronçonneuse, d’un départoir ainsi que d’un maillet.

En ce qui concerne la couverture en ardoise, il vous faudra trois éléments. D’abord, une pince à ardoise est nécessaire pour sectionner les ardoises sans les endommager. Puis, une poinçonneuse est aussi essentielle au marquage et à la perforation du matériau. Et enfin, n’oubliez pas l’enclume de couvreur pour assurer la taille des ardoises.

Quant à la toiture en zinc, les outils sont assez nombreux comparé aux matériaux précédents. La liste comprend une plieuse à zinc, une griffe à zinc, une tenaille à tuile, et une pince à sertir. Chacun de ces équipements joue un rôle clé dans l’intervention. La griffe à zinc permet de marquer le toit tandis que la plieuse consiste à plier. La pince à sertir est surtout réservée aux travaux se rapportant à la gouttière.

La manipulation de chacun de ces matériels requiert un savoir-faire pointu et une habileté développée. C’est pourquoi le recours à un couvreur professionnel est avantageux.

Article consulté 1504 fois.