Le secteur du bâtiment occupe un rôle de premier plan dans la transition écologique. En effet, il représente 44% de l’énergie consommée en France, loin devant le secteur des transports. La réduction des émissions liées à la fabrication et au transport des matériaux, l’amélioration des techniques de construction ou encore l’optimisation de la consommation d’énergie des bâtiments constituent donc des leviers essentiels dans la lutte contre le réchauffement climatique et la pollution. Afin d’y voir plus clair, nous vous proposons dans cet article un zoom sur les bâtiments écologiques, figures de proue de la transition écologique.

La construction du bâtiment écologique

Dans le cadre de l’évolution vers un modèle de développement durable, une approche globale est nécessaire. Celle-ci doit prendre en compte les impacts environnementaux antérieurs à l’habitation ou à l’exploitation du bâtiment.

Des matériaux à privilégier

Certains types de matériaux sont réputés pour être plus durables et éco-responsables. La prise en compte de leur cycle de vie, depuis leur production jusqu’à leur pose au cours de la construction, en passant par leur transport,  est essentielle. En fonction du projet de bâtiment écologique, différents matériaux pourront être utilisés, comme le bois, la pierre ou encore le chanvre et la terre crue. Le bois présente par exemple l’avantage d’un bilan carbone imbattable, à condition qu’il soit exploité en France et non à l’autre bout du monde. D’autres matériaux sont au contraire à éviter, comme le ciment, dont la fabrication émet énormément de gaz à effet de serre.

Une intégration à l’économie circulaire

Lors de la construction d’un bâtiment écologique, il est important de participer à l’économie circulaire afin d’éviter d’utiliser de nouvelles matières premières et préserver la planète. La production de nouveaux déchets doit donc être limitée, et le recyclage des déchets de construction être effectué dans des lieux spécialisés.

L’amélioration de la performance énergétique

Une fois construit, un bâtiment écologique doit avoir une performance énergétique optimale. Pour cela, plusieurs solutions complémentaires existent, et il est même possible de les adopter après l’emménagement, rien n’étant fixé pour toujours !
Isolation
La rénovation des bâtiments, et notamment des logements, constitue un formidable outil dans la transition écologique. En effet, nombreux sont ceux qui ont été construits il y a plusieurs dizaines d’années, et leur efficacité énergétique est donc très réduite. Traiter ces bâtiments existants en les rénovant permet de diminuer leurs émissions de gaz à effet de serre tout comme le montant des factures d’énergie des occupants. Pour une rénovation thermique efficace, des travaux d’isolation peuvent être menés par des professionnels et des aides existent. Certains matériaux dits “biosourcés”, comme la laine de mouton, peuvent aussi être favorisés afin de diminuer l’empreinte environnementale.

Le verdissement des espaces

L’utilisation des végétaux permet de diminuer l’impact écologique d’un bâtiment, et participe à capturer le carbone émis par l’activité humaine. Des toits végétalisés peuvent ainsi être aménagés et permettre d’économiser de l’énergie tout en augmentant la sensation de bien-être des occupants. En effet, une telle installation rend un bâtiment encore plus écologique en jouant un rôle de climatiseur naturel en été et de chauffage naturel en hiver, tout en réduisant le ruissellement des eaux de pluie !

Une électricité verte

L’électricité verte est produite grâce aux énergies renouvelables et permet donc de limiter l’impact de l’activité humaine sur la planète. Vous pouvez donc vous tourner vers un fournisseur d’électricité verte afin d’agir pour la planète à votre échelle et participer à la transition écologique. Cependant, de nombreuses offres existent, et il est facile de s’y perdre. C’est pourquoi  nous vous recommandons de lire les avis sur les fournisseurs verts comme ekwateur.
Enfin, l’autoconsommation est une autre solution qui permet de contribuer aux besoins énergétiques du bâtiment et de verdir son électricité et/ou son chauffage. Elle peut être solaire, éolienne ou géothermique en fonction du lieu de construction, et elle permet aussi de faire des économies sur les factures d’électricité !
Ainsi, les bâtiments écologiques auront un grand rôle à jouer dans les prochaines années. Mais décarboner le secteur du bâtiment n’est pas toujours simple. Heureusement, des normes, des certifications et des labels existent pour encourager les initiatives en ce sens. Ils permettent aussi de bénéficier d’aides financières sous réserve du respect de certaines conditions lors de la construction ou de l’exploitation d’un bâtiment. Par exemple, des travaux ou des installations réalisées par des professionnels détenant le label RGE (Reconnu garant de l’environnement) ouvrent droit à des déductions fiscales et à certaines aides financières.

Article consulté 1 216 fois