Miseenplacedescoques

Les communes de La Seyne-sur-Mer, de St-Mandrier-sur-Mer, de Toulon, du Revest-les-Eaux, d’Évenos, de Six-Fours-les-plages et d’Ollioules sont toutes connectées à un collecteur d’eaux usées de 6,4 kms, reliant Chateaubanne à l’usine Amphitria de traitement des eaux du Cap Sicié de la Seyne sur Mer.

Construit au milieu du 20e siècle, le vieil émissaire s’est fortement détérioré au fil des ans. C’est pourquoi, dès 2014, un projet de rénovation a débuté afin de lui donner une seconde vie! Alors que la pose de demi-coques HOBAS, fabriquées sur mesure par Amiblu et recouvrant la voute de l’émissaire est terminée, la dernière phase des travaux a commencé et devrait s’achever début 2018.

La profondeur de l’ouvrage atteint plus de 100 mètres par endroits, et l’ouvrage final doit être résistant à la corrosion et avoir une durée de vie d’un demi-siècle au moins. Les équipes de Amiblu ont donc proposé une solution prenant tous les paramètres du chantier en considération. Les demi-coques NC Line HOBAS ont d’excellentes caractéristiques mécanique et hydraulique, pour un produit final hautement durable. Fabriquées sur-mesure, suivant les préconisations de la SADE, elles reprennent les spécificités exactes de la canalisation.

Suite aux différentes phases préparatoires, la SADE a débuté la pose des demi-coques sur la voute de l’émissaire en novembre 2015.  Quatre puits, allant de 40 à 105 mètres de profondeur et permettant d’accéder à l’émissaire ont été installés, afin d’acheminer les demi-coques.  Environ 128 demi-coques NC Line HOBAS ont livrées chaque semaine, soit l’équivalent de 300 m de canalisations. Elles ont ensuite été mises bout à bout et emboîtées via un joint en élastomère garantissant l’étanchéité de l’ensemble de la conduite posée.

Au total, 2724 demi-coques ont été nécessaires à la réhabilitation du vieil ouvrage de 6400 mètres de long.

Dès la fin des travaux, prévus en janvier 2018, les habitants des 7 communes concernées pourront compter sur la performance du réseau réhabilité, et ce pour les cinquante ans à venir au minimum.

 

 

Article consulté 2 989 fois.