Dans le cadre des Inohadays, journée de réflexion stratégique organisée pour ses adhérents, consacrée cette année à l’Habitat de Demain, Inoha, l’Association des Industriels du Nouvel Habitat, a mené en partenariat avec la régie du Groupe Reworld Media et l’Institut d’Etudes Harris Interactive la reconduction d’une étude* réalisée en 2018. Cette dernière a pour but de mettre en évidence, trois ans après, les évolutions notables et l’impact de la crise sanitaire dans le désir des Français envers leur habitat.

Depuis le début de la crise sanitaire, pour 44% des Français, l’habitat a pris encore plus d’importance qu’auparavant. 69% ont le sentiment de s’être davantage occupé de leur intérieur et/ou de leur jardin. Pour être bien chez soi, ils aspirent aujourd’hui à un habitat plus sûr (+10 points), plus sain (+ 8 points), plus confortable (+ 7 points), plus éco-responsable (+ 5 points). Mais plus encore, ils souhaitent bénéficier d’un extérieur, élément ayant le plus progressé en 3 ans dans les critères jugés essentiels par les Français (+ 3 rangs).

Etat des lieux du logement des Français âgés de 25 – 64 ans

Comme le révélait déjà l’étude en 2018, la majorité des Français interrogés dispose d’un cadre de vie confortable. Environ 6 sur 10 d’entre-eux vivent en maison, sont propriétaires de leur logement et bénéficient, pour la plupart, d’un grand espace de vie.

Fait nouveau, l’étude 2021 révèle que 16% déclarent posséder une résidence secondaire. Ces heureux propriétaires ont un profil plus jeune (25 à 34 ans), sont franciliens et font partie des CSP+. Ils sont, pour près de la moitié d’entre-eux, des télétravailleurs réguliers.

2018 – 2021 : l’Habitat, un sujet qui mobilise toujours autant les Français

Les Français aiment toujours autant leur habitat. 95% s’y sentent bien et adorent y passer du temps. 84% apprécient de l’équiper et de l’améliorer.

Toutes tranches d’âge confondues, si 89% sont satisfaits de leur intérieur, la période de confinement a accéléré leurs attentes. Certaines se sont d’ailleurs fortement accrues en 3 ans. Parmi celles-ci, citons la sécurité du logement (45%), le confort (44%), une bonne connexion internet (39%), l’extérieur (28%). Habiter un logement plus sain (36%) et respectueux de l’environnement (26%) est également un critère en hausse.

Le rapport des Français à l’habitat bousculé par la crise sanitaire

Les confinements successifs et le développement du télétravail ont bousculé le rapport des Français à l’habitat. Pour plus de 4 sur 10, âgés de 25 à 64 ans (44%), la crise sanitaire a rendu leur logement plus important qu’avant. 69% ont le sentiment de s’être davantage occupé de leur intérieur et/ou de leur jardin dans lesquels ils ont d’ailleurs réalisé de nombreux travaux.

90% ont effectué au moins un achat de décoration, bricolage, mobilier et/ou jardinage au cours des 2 dernières années. 72% d’entre-eux ont entrepris un projet d’aménagement depuis le début de la crise sanitaire, au premier rang desquels des petits travaux (peinture, …) et l’organisation d’un espace de télétravail (50%).

Ces changements de comportement ne semblent pas prêts de s’arrêter. En effet, 85% des propriétaires ont un projet de rénovation ou d’aménagement dans les 2 ans à venir. Peinture, décoration et jardin constituent le top 3 de ces projets qui seront réalisés en majeure partie par eux-mêmes.

Des bricoleurs de plus en plus experts

Cette période a également été propice pour la majorité de ces personnes (59%) de monter en compétences dans les domaines du bricolage et du jardinage.

Des Français aux comportements de plus en plus éco-responsables dans l’habitat

L’étude 2021 met en évidence un intérêt toujours plus grand des Français pour l’éco-responsabilité de l’habitat qui s’accompagne de réflexes et pratiques positifs, notamment en terme de consommation d’eau, d’électricité et de gestion de l’arrosage. 43% des personnes interrogées (+ 5 points) envisagent, d’ailleurs, l’installation d’un arrosage automatique de type goutte à goutte dans leur jardin.

Cette démarche s’explique, en premier lieu, par la perspective d’économies. L’amélioration du bien-être et le respect de l’environnement sont également des motivations clés et en progression par rapport à 2018. En revanche, le prix reste un frein pour 9 Français sur 10.

Enfin, 75% des Français (+7 points) font confiance aux professionnels pour réaliser des travaux afin d’améliorer l’éco-responsabilité de leur habitat, même si 63% n’hésitent pas à les effectuer eux-mêmes. Les travaux de plus grande envergure tels que l’installation de panneaux solaires ou photovoltaïques (28% ; + 6 points), le changement de fenêtres (27% ; +4 points) sont largement envisagés.

Objets connectés et domotique : un taux d’équipement encore limité mais en progression

Signe d’un marché qui murit, l’étude relève davantage d’adeptes de la domotique qu’il y a 3 ans. Bien qu’en progression de 6%, le nombre de Français dont l’habitat est équipé d’au moins un objet connecté (17%) et de ceux se déclarant très intéressés (35%) reste encore minoritaire.

Près d’un Français sur 2, disposant d’un jardin ou d’un balcon, accorde de l’importance à la mise en place de la domotique pour leur extérieur ; un score en progression de 10 points depuis 2018.

Autant un levier qu’un frein, le budget demeure l’argument clé du développement du marché de la domotique et des objets connectés en France. Néanmoins, 4 Français sur 10 envisageraient d’y consacrer un budget important soit une hausse de 10 points en 3 ans.

Enfin, si les retraités interrogés semblent globalement en retrait par rapport à cet univers, le maintien à domicile pourrait à terme devenir un marché à fort potentiel de développement.

Les jeunes, un véritable levier pour le secteur

92% des 25/34 ans ont un projet d’aménagement dans les deux prochaines années (vs 85% de l’ensemble des Français). De plus, 23% d’entre eux possèdent une résidence secondaire (vs 16% de l’ensemble). 52% d’entre-eux font du télétravail (vs 38% de l’ensemble de la population). Ce sont les jeunes (25% vs 17% de l’ensemble) qui sont le plus équipés d’objets connectés.

Enfin, ils sont également plus sensibles et s’investissent davantage que le reste de la population en faveur de l’éco-responsabilité de leur logement (80% vs 76% de la population).

« Cette étude, que nous avons révélé à nos adhérents lors des Inohadays, prouve que l’engouement des Français pour leur habitat continue. Elle est porteuse de signes positifs pour les industriels et l’avenir de la filière. Les Français vont entreprendre plus de travaux dans les deux ans à venir ; une tendance qui confirme que l’habitat est devenu une valeur refuge. Il est également intéressant de souligner que les jeunes sont un véritable levier pour le développement de notre secteur », conclut Jean-Luc Guéry, Président d’Inoha.

*Etude menée auprès d’un panel de plus de 1000 Français de 25 ans et plus

http://www.inoha.org/

Article consulté 1399 fois.