Les bâtiments modulaires sont des modules préfabriqués qui sont ensuite assemblés pour former un bâtiment entier avec toutes les commodités et les équipements d’une construction classique. Ils peuvent s’empiler sur plusieurs niveaux ou s’étendre sur une grande surface selon les besoins. Ils sont surtout utilisés dans le secteur professionnel comme bureaux, salles de classe, de repos… Faciles à installer, plusieurs questions se posent quand ceux-ci ne sont plus utiles à leur commanditaire. Peuvent-ils être réutilisés à d’autres fins ? Peut-on acheter des modulaires d’occasion ? Faut-il préférer l’achat de préfabriqués de réemploi à la location ?

Les deux catégories de bâtiments modulaires

Certaines entreprises reposant sur le modèle de l’économie circulaire sont spécialisées dans la vente de bâtiments modulaires, en occasion ou alors reconditionnés. Si les préfabriqués neufs sont fabriqués dans une usine avant d’être amenés sur le site où ils seront érigés, les modules de réemploi peuvent être transférés directement de site à site pour être reconditionnés sur place. D’autre part, il existe plusieurs types de constructions modulaires, divisées en deux grandes catégories.

Le bâtiment modulaire monobloc

La première est dite monobloc. Il s’agit de modules constitués d’une seule unité, mais ayant à l’intérieur plusieurs pièces et toutes les commodités nécessaires. Les différentes structures sont fabriquées et assemblées hors site. Le module est ensuite livré, déjà constitué, sur son lieu de destination. Elles peuvent immédiatement servir. Il n’y a plus d’installation à faire.

Le bâtiment modulaire assemblable

La seconde catégorie concerne les bâtiments assemblables, constitués de différents éléments. Ils sont faciles à monter et à démonter, et sont souvent utilisés de manière ponctuelle, comme ce fut par exemple le cas durant la crise sanitaire, au cours de laquelle il a fallu construire des centres de santé d’urgence. Ils peuvent être également utilisés sur des chantiers pour servir de bureaux ou de lieux de stockages, sur une période limitée dans le temps. Souvent ces modules préfabriqués peuvent être superposés les uns sur les autres pour un gain de place optimal.

Les usages du bâtiment préfabriqué dans différents secteurs

Le type de module varie selon le secteur auquel il est destiné. Il y a ceux qui sont spécifiquement dédiés au secteur du bâtiment et du génie civil. Les bungalows ou les roulottes de chantier sont les plus connus. Les roulottes peuvent être déplacées sans difficulté. Pour le reste, le principe est le même. Ils abritent les bases de vie des ouvriers, le réfectoire ainsi que les toilettes. Les modules de stockage et d’emmagasinage font également partie des modules de chantier.

Dans le secteur évènementiel, l’utilisation de constructions modulaires s’avère souvent nécessaire, car les événements sont éphémères par nature et se déroulent sur une durée limitée dans le temps. Les constructions sont donc provisoires et elles doivent pouvoir être montées et démontées rapidement. Dans l’évènementiel, les sanitaires sont très importants pour les lieux où se déroulent les manifestations. Il en est de même pour les salles d’accueil du public dans le cadre de conférences, de conventions ou de foires.

Dans le secteur médical, les constructions modulaires sont surtout utilisées pour accueillir le public dans le cadre d’une campagne d’envergure, comme par exemple le dépistage du cancer, ou pour la mise en place de centres de vaccination, d’hôpitaux et de laboratoires provisoires…

Les avantages des constructions modulaires

Les constructions modulaires offrent de nombreux avantages, sur le plan économique en premier lieu, mais pas seulement.

Un coût de construction moindre

Si une entreprise ou l’administration publique préfère souvent la construction modulaire, c’est avant tout parce que cela revient beaucoup moins cher qu’une construction en dur. Les économies réalisées peuvent aller jusqu’à 30 %. La rapidité d’installation des différents modules est aussi un paramètre non négligeable, car le gain de temps est aussi synonyme d’économies. S’il s’agit de bâtiments modulaires à assembler, quelques jours suffisent pour sa construction. Si le choix de l’acquéreur porte sur un monobloc, la livraison et la pose sur site peuvent ne prendre que quelques jours.

Construction de modulaires : moins de nuisances

Outre la rapidité d’installation, un chantier de bâtiments modulaires est un chantier propre, car il ne génère ni poussière ni particules fines comme c’est souvent le cas sur un chantier classique (à cause du ciment, du sable, des va-et-vient…). Ici pas de bruit de moteur ou de marteau, les nuisances sonores sont très restreintes.

Un délai de livraison raccourci pour les préfabriqués

Selon la complexité des modules, la livraison est de 15 à 90 jours en moyenne. Les délais dépendent des personnalisations que le commanditaire souhaite apporter à son ou ses modules. À noter qu’il est désormais possible d’acquérir des bâtiments démontables respectant les normes thermiques et phoniques existantes.

Une construction flexible et évolutive dans le temps

La flexibilité des modules permet également les superpositions et les extensions. Les possibilités sont presque infinies. Il est en outre possible de personnaliser l’aspect intérieur comme extérieur : on peut par exemple y ajouter des baies vitrées, jouer avec les formes et l’équilibre des modules pour un design résolument contemporain. La flexibilité ne se situe pas uniquement au niveau des modules. Elle est aussi présente au niveau de l’ossature. En effet, il s’agit d’une structure acier autoportante qui lui confère plus de légèreté et une plus grande résistance aux aléas climatiques.

Une durée de vie assez longue pour les bâtiments mobiles

Une construction modulaire a une durée de vie d’environ 30 ans. L’acheter peut présenter un intérêt certain, si l’objectif n’est pas d’en faire un bâtiment provisoire qui sera ensuite démonté ou envoyé à la casse. De plus en plus de particuliers choisissent ce type de bâtiment pour construire leur maison d’habitation, le but étant de gagner du temps et de réaliser des économies conséquentes.

Les normes en vigueur pour les bâtiments modulaires

Pour les fabricants de bâtiments modulaires, le challenge est de taille, car ces modules doivent se conformer aux normes BBC pour les constructions neuves. La RT 2020, qui succède à la RT 2012, place la barre encore plus haut. En effet, un bâtiment modulaire doit privilégier au maximum les énergies renouvelables afin de réduire sa consommation énergétique. Aujourd’hui, la production des énergies renouvelables doit être supérieure à l’énergie dépensée.

Par ailleurs, l’isolation thermique doit avoir un indice élevé. À noter que ces normes sont déjà appliquées dans les bâtiments publics depuis 2018. Ces derniers, même s’il s’agit de bâtiments modulaires, doivent également se plier à la norme ERT (établissement recevant des travailleurs) et ERP (établissement recevant du public), rendant obligatoire l’usage de matériaux résistants au feu afin de garantir la sécurité incendie.

La norme PMR quant à elle s’adresse aux bâtiments destinés à accueillir du public, et inclut la mise en place d’une rampe d’accès pour personnes à mobilité réduite. Dans tous les cas, les bâtiments modulaires devront être dotés de blocs lumineux anti-panique, de systèmes d’alerte en cas de sinistre et d’issues de secours (deux a minima).

Pourquoi jeter les modules quand on peut les réutiliser ?

Au regard du caractère éphémère des bâtiments modulaires, la question était de savoir à quoi ils allaient servir une fois l' »événement » passé. Une députée de l’Assemblée Nationale a d’ailleurs pointé ce problème, rappelant que, dans l’administration publique, ces modules constituaient après la casse des tonnes de déchets qui avaient un impact énorme sur l’environnement. Il était étonnant, toujours selon cette députée, de devoir détruire ces bâtiments, alors qu’ils ont une durée de vie d’environ une trentaine d’années.

Par ailleurs, leur conception démontable aurait dû permettre leur stockage ou leur transfert à un autre endroit pour un autre événement. Il aurait suffi de les désinfecter, les remettre à neufs et les repeindre, si nécessaire, pour qu’ils soient réutilisables. Faire le choix d’une construction modulaire de réemploi, c’est faire le choix de l’économie circulaire et du développement durable.

Les modulaires d’occasion ou reconditionnés

Le modulaire d’occasion a ainsi de belles perspectives. L’achat de modulaire d’occasion s’adresse aussi à ceux qui ne peuvent trop attendre pour disposer de leur commande. La fabrication de modulaire neuf prend en effet beaucoup plus de temps.

Des coûts réduits à l’achat de modulaires d’occasion

Le préfabriqué d’occasion ou de réemploi se caractérise également par son coût plus très abordable. En effet, la plupart des modulaires que l’on retrouve chez les vendeurs spécialisés n’ont été utilisés que pendant de très courtes durées. Ils sont donc en excellent état, et ce pour un prix très bon marché. Le reconditionnement consiste justement à remettre à neuf les modulaires ayant déjà servi pour qu’ils puissent de nouveau être utilisés.

Moins de déchets à l’installation du modulaire

Le reconditionnement est aussi un moyen de réduire la production de déchets. Cette démarche entre dans le cadre de l’économie circulaire. Cette solution vise en effet à réduire les distances parcourues par le module, diminuant ainsi l’empreinte environnementale liée au transport. De plus, les modules qui auraient dû être jetés sont réutilisés pour créer une nouvelle valeur.

Une durée de vie rallongée pour la construction

La durée de vie du modulaire est à la base assez longue grâce à des normes de fabrication strictes : elle est environ de 30 ans en moyenne. Grâce au reconditionnement, elle est rallongée et peut aller jusqu’à 50 ans. S’ils sont reconditionnés, la qualité ne se détériore pas.

La durée de vie d’un modulaire de chantier dépend cependant de son utilisation. S’il est destiné à des entreprises de construction, il sera souvent transporté d’un chantier à l’autre. Ces déplacements fréquents auront un impact sur la longévité du module. Le démontage, le treuillage, le transport du modulaire, puis à nouveau son installation sont des opérations qui peuvent en effet éprouver la construction. Les différents éléments qui le composent peuvent subir des chocs, dans le cas des monoblocs notamment, les éléments reliés les uns aux autres peuvent bouger et fragiliser la structure.

Pour autant, la durée de vie de ces modules reste d’une vingtaine d’années, ce qui laisse une marge pour en amortir le coût d’achat initial.

Une mise aux normes pour s’adapter aux différentes utilisations du modulaire

Comme pour les constructions modulaires neuves, le modulaire de seconde main permet potentiellement de réaliser toutes les combinaisons. Qu’il s’agisse d’un bureau de chantier, d’une base de vie, d’une salle de classe ou d’une crèche, les possibilités d’agencement sont vastes. Le bâtiment en effet est doté structurellement de tous les équipements et commodités qu’exigent les normes auxquelles sont soumis les bâtiments modulaires, qu’ils soient neufs ou d’occasion.

Les modules d’occasion d’installation permanente

Les modules d’occasion peuvent être installés de manière pérenne sur un site dédié. Ils devront alors subir un entretien régulier. Qu’ils soient destinés à des usages professionnels ou à une habitation, ils devront respecter la fréquence habituelle des ravalements de façade, du remplacement ou de la mise aux normes des équipements de chauffage et des aérations.

La sécurisation des modules est une priorité lorsqu’ils sont dédiés à des chantiers de BTP ou si des personnes doivent travailler en hauteur. Le décret 2004-924 du Code du travail précise en effet que la sécurité des travailleurs est une priorité majeure. Pour ce faire, les modules seront dotés de garde-corps ou d’échelles à crinoline. Le but est d’éviter que les travailleurs ne chutent ou ne se blessent au cours des travaux sur le chantier.

Aux mesures de sécurité provisoires s’ajoutent les mesures de sécurité permanentes qui seront appliquées aux installations techniques comprenant les locaux des machines ou les terrasses, comme le stipule la norme NF E 85-015.

Lorsque des modules d’occasion sont installés de manière permanente, ils offrent les mêmes avantages qu’un bâtiment classique, il est alors plus intéressant d’acheter que de louer ces constructions. Les charges de location, lorsqu’on les cumule, sont en effet au final moins économiques.

Le permis de construire est-il nécessaire dans le cadre d’une installation permanente ?

Avant l’installation des modules, vous devez vous renseigner sur les règles d’urbanisme en vigueur dans votre préfecture concernant les structures provisoires, qui sont généralement exemptes de démarches administratives. Alors qu’il est normalement nécessaire d’effectuer une demande de permis de construire auprès de la préfecture, celui-ci est inutile si la durée d’implantation du bâtiment est inférieure à trois mois et si le site concerné n’est pas dans une zone protégée ou sauvegardée.

En revanche, les modulaires permanents sont soumis au même régime que les constructions classiques. Un permis de construire est exigé pour tout modulaire dont la surface de plancher est supérieure à 20 m², s’il s’agit d’une nouvelle construction (et cela même si vous utilisez des modules de réemploi). Si le module est destiné à une extension et que sa superficie ne dépasse pas 40 m², le dépôt d’une déclaration préalable auprès de votre préfecture sera suffisant.

Article consulté 780 fois.