panneaux composites alu

© Crédit photo : www.acodi.fr – Lycée Jean XXIII

Née au début du XXe siècle, l’architecture moderne se veut avant tout fonctionnelle. Le travail des volumes prend le pas sur l’ornementation et laisse place à des lignes géométriques simples. La toiture-terrasse, le plan libre, la baie vitrée et la façade rideau sont quelques-unes de ses marques de fabrique. L’architecture contemporaine met elle aussi l’accent sur les volumes et la luminosité. Intégrant les nouveaux enjeux de son temps, elle aspire à une meilleure efficacité énergétique et accueille volontiers des espaces végétalisés. Voici les matériaux de façades à considérer pour accompagner au mieux ces architectures très urbaines.

Le métal dans tous ses états

Les structures métalliques se prêtent aisément à l’installation de brise-soleil en façade et participent à l’amélioration de l’isolation thermique du bâtiment. La légèreté et l’esthétique sobre de ces matériaux s’allient naturellement aux caractéristiques de l’architecture moderne et contemporaine. Ces parements sont le plus souvent proposés sous forme de panneaux composite alu, de panneaux en zinc, en inox ou en cuivre.

Halte aux idées reçues : les bardages métalliques sont résistants à la corrosion et durables sans entretien. Recyclables, ces matériaux offrent un bon bilan environnemental tout au long de leur cycle de vie.

La fibre-ciment et le béton

Avec leurs nuances minérales, les panneaux en fibre-ciment respectent l’authenticité des bâtiments modernes. Très appréciées sur les façades ventilées, les propriétés de ce matériau accompagnent à merveille la régulation de l’air et de l’humidité au sein de la structure.

Souvent relégué aux structures porteuses, le béton s’invite sur le devant de la scène, brut, sans peinture et sans crépis. Plusieurs techniques, comme le bouchardage, le ponçage et le polissage, permettent le travail de ce matériau pour un rendu unique.

La pierre naturelle et la brique

En finition brute ou lisse, la pierre naturelle séduit par son style intemporel. Elle souligne avec élégance les parois vitrées des bâtiments modernes tout en apportant une masse thermique supplémentaire à l’édifice. À poser selon les techniques traditionnelles ou par accrochage, selon le principe de la façade ventilée.

À appliquer une à une, ou en panneaux préfabriqués, les briques de parement se prêtent volontiers à l’habillage de façades modernes et traditionnelles. Leur faible impact environnemental tout au long du cycle de vie séduit presque autant que leur patine si caractéristique.

Le bois

Le revêtement de façade en bois autorise des jeux de lignes intéressants à décliner sur les volumes modernes. Les panneaux aux dimensions les plus larges seront sollicités pour un rendu lisse et uniforme, tandis que les panneaux ajourés pourront habiller de vastes surfaces vitrées. Avec autant de teintes que d’essences disponibles, les bardages en bois se fondent aisément dans leur environnement et renforcent également les performances thermiques globales du bâtiment. Ce matériau demande en revanche un entretien régulier.

Si l’impact environnemental joue un rôle essentiel dans le choix du matériau de façade, celui-ci devra être évalué en tenant compte des caractéristiques de la structure en place, des conditions de pose du parement et de sa capacité à accompagner la dynamique hygrothermique du bâtiment.

Article consulté 816 fois.