La pandémie de la covid-19 a plongé de nombreux entrepreneurs dans l’une des périodes les plus difficiles depuis leur création. Alors que les pays du monde entier ont introduit des mesures de confinement et d’autres restrictions, les changements pour les artisans ont été extrêmes, beaucoup d’entre eux ont en effet dû changé leurs méthodes de travail du jour au lendemain. Voyons ensemble les difficultés rencontrées par les artisans du bâtiment durant cette période de crise, et notamment la difficulté à trouver de nouveaux chantiers.

Résilience, conception de contrats et collaboration

L’impact de la covid-19 a été immédiat, notamment pour le secteur du bâtiment, les travaux sur site ont tout simplement été interrompus. En l’espace de trois à quatre jours seulement, le travail à distance est devenu obligatoire. Certains projets devaient être conçus à partir de sites éloignés, obligeant ainsi les entrepreneurs à chercher de nouvelles méthodes de travail pour assurer leur productivité. Les entrepreneurs cherchent de plus en plus à établir des partenariats avec des clients avec qui il existe :

  • un meilleur équilibre des risques,
  • davantage de discussions sur la structuration des contrats,
  • un alignement de valeurs plus larges (par exemple, sur des questions telles que la diversité sur le lieu de travail, le bien-être et l’innovation).

Les contractants sont susceptibles d’être plus sélectifs dans les emplois qu’ils proposent. Il en est de même pour les conditions qu’ils sont prêts à accepter et les partenaires avec lesquels ils travaillent. Cette tendance se dessinait déjà avant la covid-19, mais elle s’est depuis accentuée. Les parties prenantes commencent à réévaluer la répartition des risques dans son ensemble pour les projets, y compris contractuels. Ainsi, les artisans du bâtiment d’aujourd’hui se focalisent sur un point essentiel : comment trouver des chantiers facilement et rapidement ?

La pandémie a en effet mis en lumière les nombreux problèmes potentiels de l’approche « à la pièce » du risque parfois observé dans le secteur. Les risques étaient transférés du client aux concepteurs, du concepteur à l’entrepreneur et de l’entrepreneur aux divers corps de métier, ce qui fait que les petites entreprises, moins résistantes, prennent souvent une part disproportionnée du risque d’un projet.

Gestion des stocks

Au cours des premiers mois de la pandémie, de nombreux entrepreneurs n’ont pas pu se procurer les matériaux de base tels que le sable, le ciment et les briques. Ils souffraient également d’une pénurie de main-d’œuvre. Au Royaume-Uni par exemple, une pénurie nationale de plâtre a entraîné une augmentation significative des coûts.

Pour de nombreux entrepreneurs, le paiement à l’avance des fournisseurs s’est avéré essentiel et restera probablement une priorité après la pandémie. Souvent, les petits sous-traitants sont les moins à même de prendre des risques. De ce fait, les payer rapidement peut contribuer à atténuer certains problèmes de trésorerie dans un environnement changeant où il est vital de pouvoir se mobiliser rapidement. Comme la plupart des entreprises, les entrepreneurs réévalueront la gestion de leur stock afin de minimiser les éventuelles ruptures. Comme indiqué ci-dessus, de nombreuses entreprises cherchent à s’engager avec un nombre plus restreint d’organisations.

Bilan et trésorerie

La trésorerie et les capitaux ont été essentiels ces derniers mois. Les entrepreneurs qui entrent dans la pandémie avec un bilan solide et un pipeline de travaux en bonne santé ont généralement trouvé plus facile de naviguer malgré les récentes turbulences.

Même avant la covid-19, de nombreux entrepreneurs étaient très attentifs aux coûts. La pandémie a exacerbé cette tendance, la gestion des bilans et de la trésorerie étant désormais une considération encore plus importante. Les grandes entreprises de construction du monde entier ont subi de fortes baisses des évaluations du marché pendant l’épidémie de la covid-19, reflétant ainsi un environnement plus difficile.

Pour l’avenir, on observe certains signes positifs. La réserve de projets devrait être florissante dans un certain nombre de régions, en particulier pour les projets d’infrastructure. Les plans de relance des gouvernements chercheront à rétablir la confiance dans le secteur. Les nombreuses autorités publiques s’efforceront d’avancer les dépenses pour les plans d’infrastructure. Mais comme toujours, ces projets devront être entièrement conçus et bien planifiés, et seulement ensuite amenés sur place et livrés.

Diversification et innovation

Les entrepreneurs mondiaux ayant des modèles commerciaux diversifiés, dans différentes régions géographiques et différents secteurs d’activité, ont généralement mieux réussi pendant la pandémie. Cela devrait être une leçon pour de nombreuses entreprises internationales.

La diversification deviendra encore plus importante pour l’industrie. Par ailleurs, les entrepreneurs sont plus susceptibles d’explorer la manière dont ils peuvent travailler dans différents secteurs, en particulier avec le ralentissement des secteurs de la vente au détail et résidentiel dans un avenir immédiat. Les secteurs du commerce de détail, des loisirs et de l’hôtellerie ont été parmi les plus durement touchés. Cela affectera sûrement le marché de la construction dans ces domaines. L’immobilier commercial devrait également connaître quelques difficultés, car la demande et les plans de conception devront peut-être être adaptés.

Plus généralement, les questions environnementales, sociales et de gouvernance d’entreprise (ESG) continueront à stimuler l’innovation dans le secteur. La numérisation continuera également à être un pilier stratégique clé pour de nombreux entrepreneurs. Depuis le début de la pandémie, les entrepreneurs ont pensé à d’autres façons de travailler et de rester productifs. De nombreuses entreprises ont mis en place de nouvelles équipes spéciales pour comprendre l’impact de la covid-19 sur les entreprises. Mieux encore, elles ont mis en œuvre de nouvelles méthodes de travail.

Cybersécurité

Pour les entrepreneurs, l’augmentation généralisée du travail à distance induite par la pandémie a créé diverses implications en matière de sécurité. Il s’agit notamment de protéger les nouvelles options de connectivité déployées, prendre en compte la sécurité des appareils en dehors des environnements de bureaux protégés et mieux gérer les politiques d’apport des appareils. Les entrepreneurs ont dû :

  • réfléchir à des moyens d’identifier et d’autoriser les demandes de connexion entrantes provenant d’un éventail de nouvelles sources,
  • verrouiller les postes de travail à distance sensibles,
  • déployer une protection des terminaux qui garantit que les machines sont exemptes de logiciels malveillants.

L’augmentation du travail à distance a également accru la dépendance aux outils de collaboration et à la technologie du cloud. Malheureusement, pour ces plateformes, la sécurité reste parfois une préoccupation secondaire.

Article consulté 868 fois.