La RT 2012 représente un objectif ambitieux pour l’efficacité énergétique. Elle divise par trois le niveau maximal de consommation établi par la RT 2005. Ces normes s’appliquent à tous les bâtiments neufs depuis le 1er janvier 2013.

RT 2012 : les exigences

Pour qu’un bâtiment soit conforme aux normes RT 2012, trois obligations ont été instaurées, et l’intégralité des constructeurs doivent aujourd’hui les respecter.

Efficacité énergétique minimale (Bbiomax)

Le besoin bioclimatique est calculé en soustrayant les pertes enregistrées à l’apport gratuit en chaleur. Le coefficient Bbiomax caractérise l’efficacité énergétique: elle impose une limitation du besoin en énergie. Une isolation maximale optimise l’efficacité énergétique indépendamment des systèmes de chauffage présents.

Consommation maximale (Cepmax) :

L’exigence de consommation maximale établit la limite à ne pas franchir pour un bâtiment. Cette valeur est fixée à 50 kWhep/m²/an. Cette moyenne peut être nuancée selon la zone climatique et l’altitude à laquelle se trouve le bâtiment, selon ses caractéristiques, son usage et ses émissions de gaz à effet de serre. Le Cepmax impose le recours à des équipements énergétiques performants.

Le confort d’été (Ticmax) :

La température intérieure conventionnelle (TIC) maximale est établie à 26°C. La TIC correspond à la température maximale atteinte dans un bâtiment lors de cinq journées de fortes chaleurs consécutives. Les bâtiments RT 2012 ne devraient pas avoir besoin de climatisation pour conserver la température intérieure inférieure à la Ticmax.

Isolation naturelle : la réponse évidente

L’isolation thermique est un impératif pour répondre efficacement aux exigences des RT 2012. Une isolation parfaite va permettre de maintenir la température intérieure d’un bâtiment en ne consommant quasiment pas d’énergie.
Une isolation naturelle est bien plus résistante dans le temps qu’un isolant traditionnel. L’isolant naturel, grâce à ses fibres végétales, procure une isolation thermique performante été comme hiver. Avec l’isolation naturelle le bâtiment est imperméable à l’air extérieur : l’air froid est maintenu en dehors durant l’hiver et l’air chaud durant l’été. Les variations de températures sont minimisées, donc les chauffages ne gaspillent pas d’énergie en produisant constamment de la chaleur, ou en tentant de pallier au manque.
L’isolation naturelle répond à elle seule aux trois exigences. L’air chaud ne s’échappe pas en dehors donc le bâtiment a un besoin moins important (Bbiomax). La consommation maximale en énergie est sûre d’être maîtrisée parce que l’isolant maintient la chaleur donc elle n’est pas produite en permanence ou en surplus (Cepmax). L’air extérieur ne passe pas au travers des fibres végétales, la chaleur n’entre pas en été : nul besoin de climatisation, la chaleur extérieure ne s’infiltre pas (Ticmax).
L’isolation naturelle répond à tous les critères de la RT2012. Une isolation parfaite permet de minimiser la dépense d’énergie, la température intérieure est homogénéisée donc la régulation thermique est minime.

Article consulté 2 425 fois