http://img132.imageshack.us/img132/9121/captagehorizontal.jpg   
La géothermie par captage horizontal permet de récupérer la chaleur grâce à des capteurs disposés horizontalement à environ 60cm de profondeur. Ce sont des tuyaux en polyéthylène ou en cuivre gainé, adaptés à la circulation sous pression et en circuit fermé de l’eau glycolée ou du fluide frigorigène, en fonction de la technique utilisée. Ces capteurs permettent les échanges thermiques.
Les installateurs sont des professionnels qualifiés et reconnus. Leur haut niveau de compétence assure la maîtrise totale des systèmes géothermiques.
Pour un captage horizontal, il est nécessaire de disposer d’une surface de terrain de 1,5 à 2 fois la surface de la maison. L’exposition du terrain a peu d’incidence sur le rendement de l’installation. Et, sauf exception, la nature du sol importe peu. Les capteurs peuvent ainsi être installés sur un terrain jusqu’à 20 % de pente. En revanche, la distance entre les tuyaux doit être de 30 cm minimum et le circuit ne doit pas se trouver à moins de 2 ou 3 mètres d’un arbre, d’un ouvrage (fosse septique) ou de canalisations. Le passage de véhicules au dessus de l’installation n’a pas d’impact négatif sur l’efficacité du système.
Enterrés à moins d’un mètre de profondeur, les capteurs horizontaux ne nécessitent pas de travaux importants : le coût de leur installation est donc peu élevé. Ils s’adaptent aussi bien à la construction neuve qu’à la rénovation. Selon l’appareil choisi, il sera également possible de rafraîchir et/ou climatiser sa maison ou ses locaux par simple inversion du système : on parle de pompes réversibles et de réversibilité du système. Ainsi, lorsqu’elle est en mode chauffage en hiver, la PAC extrait la chaleur du sol, alors qu’en été, en mode rafraîchissement, elle restitue à la terre les calories extraites, ce qui présente l’avantage de régénérer la terre. 
Pour en savoir plus sur les différents types de captage, téléchargez gratuitement le guide de la géothermie : http://www.guide-geothermie.org/pdf/Guide_geothermie-et-aerothermie.pdf

Article consulté 2 076 fois