Avec stream, Hager ajoute à son offre un logiciel de visualisation des consommations d’énergie, multi-sites et multi-énergies, facile à configurer pour les petits et grands bâtiments tertiaires. La marque fournit désormais aux exploitants et aux services techniques tous les outils dont ils ont besoin pour opérer un contrôle centralisé de leur consommation d’énergie : de la gestion au terrain, en passant par l’automatisation.

La visualisation des consommations d’énergie n’aura jamais été aussi facile pour les clients de Hager. Très intuitif, le logiciel stream complète parfaitement le système éprouvé agardio.manager et assure un contrôle encore plus performant sur l’ensemble du flux énergétique d’un ou plusieurs sites.
Grâce au suivi leur consommation et de leurs dépenses énergétiques dans stream (notamment d’eau, d’air, de gaz et d’électricité), les professionnels disposent d’un outil efficient pour améliorer le bilan énergétique de leurs bâtiments et réduire leurs coûts. Très intuitif, l’interface propose des tableaux de bord clairs et facilement modifiables par les utilisateurs.

Résultat : les économies potentielles sont facilement identifiables et il est facile de prendre les bonnes décisions. stream est non seulement adapté aux bâtiments tertiaires de taille moyenne, mais aussi idéal pour gérer plusieurs sites dont la consommation peut désormais être contrôlée et analysée à l’aide d’une seule et même suite logicielle.
Au-delà de la réduction des consommations et coûts associés, stream permet de personnaliser des valeurs limites et d’éviter les coupures de courant potentielles et les pertes qu’elles engendrent. Une alerte claire est envoyée aux exploitants dès qu’une valeur limite est atteinte, ce qui leur permet de réagir rapidement. Enfin, stream est conforme à toutes les normes habituelles (IEC 60364-8-1 édition 2, entre autres) et contribue à améliorer l’empreinte carbone des entreprises.

Plus d’informations sur le logiciel de visualisation des consommations d’énergie stream sur :
hager.com/fr/stream

Article consulté 913 fois.