Au cours de la construction d’une maison, une attention particulière est accordée à la performance thermique de celle-ci. Il en va de même lors de l’installation de sa toiture. En effet, on fait souvent référence à la « toiture chaude » et à la « toiture froide » sans qu’on ne sache réellement de quoi il s’agit. Dans tous les cas, ces termes sont relatifs aux toits plats. Dans cet article, nous allons aborder les différences à retenir entre ces deux techniques.

Quelles sont les spécificités de ces deux sortes de toitures ?

La technique de pose des isolants fait toute la différence entre ces deux types de toitures. Pour la toiture froide, ils sont mis en place sous le support d’étanchéité. Une lame d’air ventilée sépare celui-ci des isolants. En effet, plusieurs couches de matériaux composent le toit. De l’intérieur vers l’extérieur, elles se positionnent comme suit : le plafond, le pare vapeur étanche à l’air, la lame d’air ventilée, le support, la membrane d’étanchéité et le lestage qui est optionnel. Pour l’installation de ce type de toiture, le recours aux services d’un couvreur professionnel comme celui qui se trouve sur https://www.nos-travaux.fr/ est incontournable.

Quant à la toiture chaude, les isolants sont directement placés sur le support. Aucune lame d’air n’existe donc entre les différentes couches. La plupart du temps, il est nécessaire d’installer un écran pare-vapeur entre le support et l’isolant. Ce dernier sera par la suite recouvert par une membrane d’étanchéité. Cette membrane sert de protection contre l’humidité. Elle tient l’isolant au sec. Il pourra alors préserver ses performances thermiques pendant plusieurs années. Ici encore, la mise en place du lestage est facultative. En effet, l’isolant et la membrane d’étanchéité sont généralement collés entre eux. Il est même possible d’effectuer cette opération mécaniquement. De l’intérieur vers l’extérieur, la toiture chaude se compose de support, de pare-vapeur, l’isolant, de la membrane d’étanchéité et éventuellement du lestage.

Pourquoi opter de préférence pour la toiture chaude ?

D’entre ces deux techniques, la toiture chaude est la plus privilégiée par les spécialistes en travaux de toiture. Et cela s’explique. Par rapport à la toiture froide, elle est plus légère. Ce qui rend sa mise en place envisageable même sur une structure déjà existante. Il est même possible d’y recourir même si celle-ci n’est pas prédisposée à supporter une charge supplémentaire.

En outre, il convient de remarquer que la toiture froide dispose d’un système d’isolation souvent défaillant. C’est d’ailleurs ce qui occasionne principalement les problèmes de condensation interne. Cette dernière se forme dans la lame d’air. Les vapeurs qui en sont issues viennent également se déposer sur le support. Ce qui provoque un surrefroidissement et, par conséquent, l’altération de l’isolation de la toiture. Par ailleurs, rappelons que l’humidité sur la paroi de l’isolant est responsable des moisissures, du ramollissement et du décollement des matériaux.

Quels avantages peut-on tirer de l’installation d’une toiture chaude ?

La mise en œuvre de cette technique rend quasiment inexistants les risques de condensation au niveau de la toiture. En effet, l’absence de la lame d’air assure la solidité de la structure. D’ailleurs, cela procure un rendu visuel optimal de la toiture. Ce qui n’est pas le cas de la toiture froide.

En outre, la mise en place d’une toiture chaude est envisageable sur n’importe quel type de toit (toiture pentue, plate ou pyramidale). Pour ce qui est de son prix, il n’y a qu’une différence négligeable entre le coût de la toiture chaude et le coût de la toiture froide.

Enfin, les performances thermiques de la toiture chaude sont meilleures. Afin de préserver son efficacité, il est plus judicieux de laisser son installation aux soins d’un couvreur professionnel. En faisant appel à ce spécialiste, vous bénéficierez de précieux conseils au moment de fixer le choix du type de toit le mieux adapté à vos besoins.

Article consulté 1391 fois.