Le Groupe Lorillard fait sa révolution industrielle : elle s’effectue par une restructuration des domaines d’expertises techniques de l’industrie, par des investissements industriels ainsi que par des changements fondamentaux organisationnels et logistiques.
Thierry Luce – PDG du Groupe – a soutenu, pendant toute l’année 2019, un plan intensif de recrutements. Plan intensif représentant plus de 60 recrutements dans le Groupe dont 9 avaient, pour objectif essentiel, de mieux structurer les équipes. Or, pour la partie sécurité et environnement, il était nécessaire de passer par un renforcement des équipes.

UN PARCOURS PRÉDESTINÉ PAR UNE EXPÉRIENCE CONFIRMÉE

Après des études de chimie puis un master en environnement et risques industriels à Bordeaux, Virginie Fayemendy intègre un stage de fin d’études dans une entreprise de fabrication de tringles à rideaux, appartenant au groupe américain Newell Rubbermaid.
« Il y avait tout à faire dans la partie environnement et sécurité, et c’est ce qui me plaisait. Il s’agissait d’une installation classée eu égard aux produits utilisés -solvants, risques avec le travail du bois… J’aime ces challenges » confie-t-elle.

Du stage au recrutement, il n’y avait qu’un pas franchi par Virginie, qui gère alors toutes les actions relatives à la partie environnement, sur 5 sites de production en France, pendant 8 ans. Une évolution en interne la conduit ensuite à prendre la direction industrielle des activités de 2 sites de production (140 personnes) pendant presque 10 ans. Puis, par un fournisseur intermédiaire, elle entend parler d’un poste chez Lorillard de Responsable HSE (Hygiène, Sécurité et Environnement) et postule.
C’est donc sur une candidature spontanée que Virginie rencontre Thierry Luce qui, porteur d’une forte volonté et d’un mouvement de professionnalisation des questions de sécurité, a engagé une dynamique d’investissements et de recrutement conséquente.

Virginie_Fayemendy_

DES MISSIONS LARGES POUR UN CHANGEMENT DE CULTURE

À 45 ans, Virginie Fayemendy se retrouve donc en charge, pour la partie HSE, des 6 sites de production du Groupe Lorillard – Usines de Chartres (Lorillard), de Bourges (Centre 2F), de Montbrison (Plastibaie), de Decazeville (Molénat), de Parigné-L’Evèque (Bourneuf), et de St Martin de Seignanx (HP Fermetures & Menuiseries) – et également des activités de pose (agences de pose Lorenove, Lorillard Entreprise) lui permettant d’aller sur les chantiers, ce qu’elle aime particulièrement.
Dès son arrivée, Virginie a réalisé un audit de l’organisation, des systèmes de gestion et de la performance des équipements mis en place sur l’ensemble des sites de production, avec pour mission l’amélioration environnementale des usines du Groupe ; pour ensuite orienter plus spécifiquement ses missions autour de deux axes : une sensibilisation aux accidents du travail et la mise en œuvre d’une démarche RSE -Responsabilité Sociétale des Entreprises.

Concernant la sécurité, Virginie soutient un véritable changement des mentalités : « Il y a un virage à opérer pour changer de culture et systématiser, à tous les niveaux des postes, des gestes préventifs ainsi que le développement d’une acuité particulière face au danger. Cette sensibilisation par rapport aux accidents du travail ; pour lesquels on a déjà pu relever une diminution résultant des actions menées depuis 3 ans par Thierry Luce et ses équipes ; revient à modifier d’anciens automatismes en affirmant une culture sécurité ».

Il ne s’agit donc pas seulement d’aborder les questions de sécurité au travail uniquement au cœur des usines et des ateliers, mais aussi sur les chantiers en intégrant le facteur obligatoire des EPI – Équipement de Protection Individuelle – ou encore, dans les bureaux.
Concernant ce dernier environnement de travail, Virginie s’engage à poursuivre le développement d’actions déjà menées -notamment celle d’amélioration de l’ergonomie des appareils de travail- qui ont permis de réduire le nombre d’accidents de travail.

Concernant sa seconde mission, Virginie Fayemendy développe une démarche RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) depuis le mois de janvier 2020 et, plus spécifiquement, depuis la journée manager réunissant tous les services.
Ce concept, visant à permettre aux entreprises de contribuer à l’amélioration de la société et à la protection de l’environnement, implique chaque responsable de secteur dans le message à transmettre et aussi chaque individu à son poste. Les 3 axes choisis par le groupe en 2020 sont les économies d’énergie, le traitement des déchets et l’amélioration du recyclage, et la mise en place du télétravail.
Des actions en matière d’économie d’énergie ont déjà été menées au sein des ateliers avec le changement des néons par des LEDS, un bon comportement de chacun à son poste, l’installation de compresseurs régénérateurs d’énergie à l’intérieur des bâtiments, pour baisser les dépenses énergétiques. Existait, préalablement à son arrivée, le recyclage des chutes et menuiseries bois dans les chaudières biomasses, chauffant les 3 sites de production bois du Groupe -sur Chartres, les 2/3 du site sont chauffés grâce à cette chaudière. Une borne de recharge pour les véhicules électriques de l’entreprise a été installée courant février. Plusieurs points de recharges sont également envisagés pour le personnel et les visiteurs.

La politique de traitement des déchets déjà mise en place va être accrue et valorisée par l’approfondissement d’un travail commun avec des partenaires fournisseurs (notamment en fenêtres PVC) ou une délégation à des prestataires de déchets valorisant mieux le traitement, comme ce fut le cas avec la recyclabilité des chutes de PVC confiée aux entreprises Paprec et Veka.

Cette nouvelle dynamique de tri des déchets sera étendue à tout le Groupe ; ne devant pas seulement impliquer les ateliers mais aussi les chantiers et les bureaux, à chaque poste, et/ou par la mise en place de nouveaux points de collecte commun comme les machines à café. Le mouvement est lancé mais doit être amplifié.

Passionnée par ses missions diversifiées, Virginie Fayemendy n’est pas effrayée par l’abondance de travail qui l’attend et reste confiante, quant au changement de culture et de mentalité qui s’opère avec des personnels réceptifs aux différents messages, participatifs et impliqués. La Covid a également participé à légitimer cette prise de fonction plus que jamais indispensable dans un climat d’incertitude qui demeure.
Et Virginie de conclure qu’il s’agit « d’ une véritable valeur ajoutée en termes d’image pour l’entreprise, et d’amélioration des conditions de travail. Toutes ces réorganisations, réalisées ensemble, sont nécessaires pour mieux les accompagner, les soulager, les aider, et prendre soin d’eux ».

Article consulté 1886 fois.