Le secteur du BTP regroupe des métiers très variés ; on y retrouve aussi bien des artisans que des professions intellectuelles. Lorsque vous décidez de vous lancer dans le business en tant qu’auto-entrepreneur, vous bénéficiez de certaines souplesses et d’une multitude d’avantages propres à ce statut. Cependant, quelques conditions sont à prendre en compte.

Quelles démarches administratives pour devenir artisan auto-entrepreneur ?

Le statut d’auto-entrepreneur, dans le domaine du BTP ou de toute autre activité, est soumis à la réalisation de certaines démarches administratives. Il s’agit d’une activité que vous pouvez mener à titre principal ou secondaire. C’est dire que vous pouvez cumuler le statut d’auto-entrepreneur avec celui d’étudiant ou de salarié. Dans tous les cas, à titre principal ou secondaire, les démarches pour créer sa micro entreprise, tiennent compte des exigences généralement applicables à ce statut.

Ainsi, avant d’envisager le statut d’auto-entrepreneur, vous devez être un majeur ou un mineur émancipé. Vous devez également disposer d’une adresse postale en France. Puisque vous évoluez dans le secteur du BTP, vous devez également vous renseigner sur les codes d’Activités Principales d’Exercice (APE) relatifs à votre métier d’artisan BTP.

Il vous faudra ensuite remplir la déclaration P0 Auto-entrepreneur, et fournir certaines pièces justificatives d’un diplôme ou d’une équivalence CAP ou BEP, sachant que les métiers du BTP revêtent une certaine technicité. Suite à cette étape, vous recevrez vos numéros SIRET et SIREN, afin de vous enregistrer au RCS et obtenir votre extrait Kbis. Vous pourrez enfin suivre un Stage de Préparation à l’Installation, avant de commencer votre activité artisanale dans le BTP.

Les revenus et impôts d’un artisan auto-entrepreneur

Une fois votre activité lancée, quelles conditions de revenus vous seront appliquées et à quels impôts serez-vous assujetti ? Ici, nous ne parlerons pas en termes de revenus, mais de chiffres d’affaires. Et sous le statut d’auto-entreprise, la loi fixe à 70.000 euros la limite de CA pour ce qui est des activités de prestation de services. Notez toutefois que si dans le cadre de votre activité d’artisan BTP, vous facturez à vos clients le matériel acheté, la pose ou l’entretien, vous faites alors de l’achat-vente. Le plafond dans le cas est différent, et fixé à 170.000 euros.

Dans tous les cas, ces deux valeurs limites de chiffres d’affaires ne sont pas cumulables. Par ailleurs, le CA global que vous réalisez ne doit donc pas excéder 170.000 euros. Vous pouvez ainsi réaliser des prestations de services dans la limite de 70.000 euros, et des prestations de vente dans la limite de 100.000 euros. Au-delà de ces marges, la loi vous impose de passer au statut d’Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée (EURL).

Qu’en est-il des aides à la création d’entreprise ?

Dès la première année de création de votre micro entreprise de BTP, vous pouvez faire une demande d’ACRE. Il s’agit d’un dispositif permettant d’alléger considérablement les charges sociales des nouvelles entreprises durant les trois premières années. Attention toutefois ! Des modifications importantes relatives aux taux de cotisations sociales sont entrées en vigueur en 2020. Il conviendra donc de bien se renseigner, afin de ne pas faire une demande pour rien, et être certain de pouvoir s’inscrire dans ce dispositif.

Article consulté 2811 fois.