Dans le domaine du BTP, les mesures de santé, de sécurité et d’hygiène sont les principaux points fondamentaux à respecter pour les travailleurs en exercice. Ainsi, tout employeur se doit de respecter ces mesures de base afin de permettre à leurs salariés et prestataires de travailler dans des conditions optimales. De plus, l’installation de ces équipements ne relève pas d’une option, mais d’un réel devoir. Explication !

L’installation de la base de vie

La mise en place de la base de vie repose sur les obligations stipulées dans l’article R4228-1 du Code du travail. D’après ce texte de loi, il est impératif que l’employeur mette à la disposition de ses salariés des ressources leur permettant d’assurer leur propreté individuelle.

La base de vie constitue donc un incontournable pour garantir le bon déroulement d’un chantier, qu’il soit de courte ou de longue durée. Voici les essentiels que l’on doit retrouver sur une « base de vie » respectueuse de la réglementation.

Les toilettes chimiques de chantier

Les W.-C. de chantier sont, dans la plupart des cas, autonomes. Ils s’installent très facilement et permettent une grande aisance dans leur entretien et leur déplacement. Ces toilettes chimiques autonomes ne doivent dégager aucune odeur et devront être imperméables au sol ainsi que sur les parois. Bien évidemment, un lavabo sera intégré dans cette cabine qui sert de W.-C. de chantier.

Peu importe la durée des travaux, il vous est possible de recourir à un service de location de toilette chimique auprès des fournisseurs agréés et expérimentés. Il est vrai que le coût de l’équipement qui compose la base de vie est assez onéreux. Toutefois, l’option de location de toilette de chantier ou de location de W.-C. chimique afin d’assurer une hygiène optimale reste une bonne alternative autant pour les particuliers que pour les professionnels.

Les roulottes de chantier

Les roulottes de chantier se présentent comme de véritables abris pour les travailleurs. En réalité, une base de vie digne de ce nom doit comporter un vestiaire où les prestataires peuvent se changer avant et après le travail. Un confort que les employeurs devront obligatoirement fournir.

Ces roulottes de chantier peuvent servir à la fois de vestiaire et de salle de réunion. Certaines disposent même d’une table rétractable avec tabouret et de divers équipements en option (micro-ondes, réfrigérateur, cafetière…). Elles doivent aussi comporter une prise de raccordement, un système d’éclairage et un radiateur. Attention, pour une bonne hygiène, des nettoyages sont à prévoir quotidiennement.

Les cabanes de chantier

Appelées communément bungalows de chantier, les cabanes de chantier servent surtout desalle de repos et de réfectoire aux travailleurs. Ces cabanons peuvent accueillir jusqu’à cinq personnes et présentent divers équipements et meubles. On cite notamment la table, les chaises, le matériel électroménager et la trousse de secours.

L’avantage de ces bungalows de chantier est qu’ils s’adaptent parfaitement à toutes les conditions climatiques tout en fournissant le plus de confort possible. Avec une dimension de 1,81 x 2,80 x 2,14 m (L x l x h), ils trouvent facilement leur place dans des endroits exigus.

Les engagements relatifs à la mise en place des mesures d’hygiène

Cette disposition ne dépend pas de la bonne volonté de l’employeur. Il s’agit d’un règlement à suivre obligatoirement pour toute personne œuvrant dans le domaine du BTP. Le respect de la mise en place de cette disposition concerne à la fois l’employeur et les salariés.

L’engagement de l’employeur

En mettant en place tous les dispositifs nécessaires, l’employeur s’engage à respecter la loi du travail sur les mesures d’hygiène et de propreté relatives aux travailleurs sur un chantier. Toutefois, il doit avant tout étudier toutes les mesures à prendre avant l’achat ou la location de n’importe quel équipement.

En effet, les besoins dans les grands et les petits chantiers ne se ressemblent pas. Si, dans certains cas, la location de toilette chimique de chantier et l’installation de réfectoire et de vestiaire suffisent, il existe certainement d’autres chantiers qui nécessitent l’installation de bungalows, de cabines de douche, de salles de repos, de vestiaires, etc. En effet, les besoins dépendent du type de chantier. À l’employeur de prendre les mesures d’hygiène adéquates.

L’engagement de l’employé (salarié)

Ces mesures d’hygiène ont été mises en place afin d’offrir aux travailleurs d’extérieur un maximum de confort et de sécurité. Autrement dit, aucun désordre ou incident lié au manque de mesures d’hygiène ne doit ralentir les travaux. Pour cela, les employés s’engagent également à respecter différents règlements, le but étant d’assurer pour le bon fonctionnement du chantier.

On note :

  • le port obligatoire des combinaisons et des équipements de travail,
  • le respect de la propreté des équipements qui composent la base de vie (ne pas manger ou se reposer ailleurs que dans les lieux dédiés, se laver les mains convenablement pour éviter toute infection aux produits toxiques, etc.).

Ces engagements et dispositions des salariés doivent figurer dans le contrat établi entre l’employeur et le salarié.

Les avantages de ces mesures d’hygiène

Ces dispositifs sont à la charge de l’employeur. Si on leur accorde autant d’importance, c’est parce qu’ils recèlent bien des avantages.

La sécurité et l’hygiène

Selon les statistiques, depuis la mise en place de mesures strictes et rigoureuses, comme l’installation de dispositifs d’hygiène, le nombre d’accidents survenus sur les chantiers a largement diminué sur une période de 30 ans. L’installation de ces « bases de vie » a augmenté la qualité de travail des salariés du BTP. Ce résultat est dû à l’accès au confort à travers tous les équipements d’hygiène (location de toilettes chimiques et de cabanes de chantier par exemple), dédiés uniquement au bien-être et à la sécurité des travailleurs.

Une image positive de l’employeur

En mettant en place ces équipements d’hygiène, la société ou le particulier responsable du chantier renvoie une image positive et soucieuse du règlement en vigueur. L’employeur prend en compte non seulement le bon fonctionnement des travaux en cours, mais aussi le bien-être de ses salariés.

Une possibilité d’aide financière

Ces équipements ne sont pas forcément à la portée de tout un chacun. L’employeur peut avoir recours à diverses aides financières pour financer l’achat ou la location de ces matériels. Ces aides financières concernent, dans la plupart des cas, les PME et les TPE, pour une somme allant de 3 000 à 30 000 euros.

Article consulté 2748 fois.