joint d'étanchéité

Il existe différentes catégories de joints, selon l’application que vous souhaitez en faire. Mais comment les distinguer et déterminer le joint le plus adapté à votre usage ? Joints SPI, rondelle, nilos, v-rings, torique… Cet article vous aide à y voir plus clair pour faire votre choix en ayant toutes les cartes en main.

Joint statique ou dynamique, quelle différence ?

Il existe deux grandes catégories de joints : les joints statiques et les joints dynamiques. Comment distinguer chaque classe ? Par leurs caractéristiques de résistance, qui ne les destinent pas au même usage.

Ainsi, les joints statiques sont conçus pour recevoir une forte pression et être compressés. Un exemple de joint statique est le joint rondelle, que l’on va intercaler une la tête de la vis et la pièce à serrer.

Les joints dynamiques pour leur part, sont destinés à résister à des conditions extrêmes et à subir des mouvements à répétition.

Il est nécessaire de garder à l’esprit que certains joints peuvent se trouver dans les deux catégories à la fois.

Les différents modèles

Découvrez l’usage de 8 modèles de joints parmi les plus répandus, afin de sélectionner le plus adapté à vos besoins.

Le joint torique

Le joint torique, également appelé « joint O-rings », est utilisé dans de multiples applications : valves, moteur industriel, matériel médical, ou encore équipement agricole.

Le joint SPI

Le joint SPI, que l’on appelle également « joint à lèvres », est conçu spécifiquement pour subir une rotation et permet l’étanchéité des objets tels que des arbres à cames, des roues ou des vilebrequins. Pour remplir cette tâche, il est constitué d’une armure métallique et d’un élastomère.

Le joint hydraulique

Les joints hydrauliques permettent de maintenir une pression hydraulique et d’assurer l’étanchéité de la machine. Ces joints dynamiques supportent des conditions extrêmes telles que la pression, la température, l’usure et la corrosion.

Ce type de joint est largement employé dans les machines de construction et systèmes hydrauliques industriels.

Le joint rondelle

Le joint rondelle est un joint statique conçu pour assurer l’étanchéité. Il est résistant à de très fortes contraintes de pression et de température.

Le joint V-Ring

Le joint V-Ring assure une étanchéité suffisante pour protéger les pièces mécaniques de la graisse ou de la poussière. Ce joint statique peut supporter des températures allant de -30 à 200°C.

Le joint racleur

Le joint racleur est constitué d’un corps en élastomère à base de nitrile et permet de protéger les pièces des machines de la saleté et des graisses. Du fait de sa conception spécifique, le joint racleur est capable de résister à de nombreux fluides de natures différentes – pétrole, essence, lessive, graisses, lubrifiant, etc.

Le joint corde

Le joint corde fait partie de la catégorie statique, et s’utilise pour de nombreuses applications : assemblage de tubes, étanchéité de capot, couvercle ou réservoir, etc. Le joint corde dispose d’un spectre de résistance à la température plus large que celui du joint V-Ring, puisqu’il est capable de tenir sur des températures allant de -60 à 200°C.

Le joint pneumatique

Les joints pneumatiques sont utilisés pour étanchéifier des pièces de machinerie et, par là même, éviter l’écoulement de fluides comme l’air comprimé ou le gaz.

Article consulté 1348 fois.