ILLUSTRATION FLAP ANTIPOLLUTION WICONA - © WICONA

Face à la problématique de la pollution de l’air intérieur des bâtiments, notamment à l’origine de 48.000 décès (1) prématurés par an en France, WICONA a développé une nouvelle version de son volet d’aération naturelle doté d’un système inédit de purification et renouvellement d’air intérieur. Nom de code : Flap antipollution Il fera partie des innovations phares qui seront présentées à l’occasion du salon BATIMAT 2019.

ILLUSTRATION FLAP ANTIPOLLUTION WICONA - © WICONA
ILLUSTRATION FLAP ANTIPOLLUTION © WICONA

Le système a pour base technique l’ouvrant de ventilation naturelle WICLINE 75 EVO, en structure 75 mm, équipé dans sa nouvelle version d’une membrane unique en nanofibre. Totalement intégrée dans un coffre et motorisée, cette membrane se déploie lorsque le niveau de qualité d’air intérieur est insuffisant ou dès que le système d’ouverture du volet est actionné pour filtrer toutes les pollutions présentes dans l’air à l’extérieur du bâtiment, tout en permettant un renouvellement de l’air.

Automatisation du système

Vue extérieure - Flap ouvert / © WICONA
Vue extérieure – Flap ouvert / © WICONA

Ainsi, lorsque le niveau de qualité d’air intérieur est insuffisant, le capteur transmet l’information au système de GTB. Une commande est envoyée au Flap antipollution. La toile filtrante s’abaisse automatiquement, puis, l’ouvrant de ventilation s’ouvre via la motorisation intégrée. Et inversement, lorsque la qualité d’air intérieur est suffisante. Ce système assure de manière automatique une qualité d’air toujours optimale.

Un air totalement dépollué

Vue extérieure - Flap fermé / © WICONA
Vue extérieure – Flap fermé / © WICONA

Constitué de trois couches (une couche de nanofibre dense prise dans deux mailles respirantes servant de protection et de support structurel), la nano membrane de 0,1 μm a une capacité de filtration importante pouvant capturer plus de 95% des particules inférieures ou égales à 2,5 micromètres. Elle forme ainsi une barrière permettant de stopper les émissions de polluants, les phénomènes d’origine naturelle (pluie, vent, etc.), les réactions chimiques dans l’atmosphère, les allergènes (pollen, spores de moisissures), les composés organiques volatils (COV), les particules émises par les matériaux de construction, les insectes, etc. Ces particules sont capturées mécaniquement. La membrane ne contient aucune substance chimique. Le procédé a été testé et validé par TÜV, Association d’inspection technique indépendant européenne. Le Flap antipollution est une alternative aux équipements électroniques purificateurs d’air souvent gourmands en énergie, coûteux, bruyants et complexes à installer.

Hautes performances techniques

L’ouvrant de ventilation offre une ouverture à la française avec largeur de vue de 180 mm ou de 250 mm, et une hauteur allant jusqu’à 3 000 mm. Le joint central EPDM assure une isolation et une étanchéité supérieure : Uw jusqu’à 1,2 W/(m²K) et performances A*4 – E*9A – V*C5/B5.

Solution simple, efficace et économique

Vue intérieure - Flap ouvert et nano membrane abaissée / © WICONA
Vue intérieure – Flap ouvert et nano membrane abaissée / © WICONA

La fabrication est aisée, la hauteur de la toile s’adapte à celle de la menuiserie, et l’installation du système sur l’ouvrant de ventilation est rapide. Protégée des agressions extérieures dans son coffre, la membrane dispose d’une très longue durée de vie.

Destiné aux établissements recevant du public (hôpitaux, écoles, crèches) et aux immeubles tertiaires, cette nouvelle menuiserie permet la conception de façades modernes comportant des éléments de ventilation naturelle étroits et hauts (jusqu’à 3 m). Elle s’intègre harmonieusement à toutes les architectures et peut être mise en valeur dans un but décoratif.

Avec cette nouvelle version de l’ouvrant de ventilation naturelle, WICONA propose aux prescripteurs, façadiers et menuisiers, une solution clé en main, efficace, simple à mettre en œuvre et économique qui améliore significativement la qualité de vie et le confort des usagers.

 

(1) L’agence Santé publique France – Impacts sanitaires de la pollution de l’air en France : nouvelles données et perspectives – 21 juin 2016.

Article consulté 773 fois.