Les moustiques : comme tout amateur de nature, le randonneur est confronté un jour ou l’autre à côtoyer ces salop… oups pardon, ces petits insectes volants piqueurs ! Présents notamment dans les milieux marécageux, les arthropodes pompeurs de sang peuvent parfois véhiculer des maladies ou provoquer des réactions cutanées assez désagréables. Petit aperçu des méthodes pour se protéger…

Pourquoi piquent-ils plus certaines personnes que d’autres ?…

J’en ai souvent ironisé quand ma compagne se faisait littéralement dévorer la nuit malgré les draps tandis que moi, tranquille, pouvais dormir sans risquer la moindre rougeur… En fait, l’explication est relativement simple, puisque les moustiques, comme bon nombre d’êtres vivants, réagissent à certaines substances chimiques, comme le dioxyde de carbone, la sueur (acide urique), l’acide lactique et bien d’autres choses sécrétées par le corps humain. On sait notamment qu’un épiderme dont la sueur serait riche en acides gras (comme l’acide butyrique, aux relents ammoniaqués) serait propice aux piqûres répétées ! En d’autres termes, cela signifie que l’attirance de certaines personnes par rapport à d’autres pour ces petites bêtes peut varier jusqu’à un facteur 20 !!! Il faut aussi noter l’action des œstrogènes qui fait que, de manière générale, les moustiques préfèreront les femmes aux hommes.

Il semble aussi que certains médicaments aient une action attirante sur les arthropodes piqueurs, notamment certains traitements contre le cholestérol ou les troubles cardio-vasculaires… Et il en serait de même pour quelques produits cosmétiques (décidément, les dames ne sont pas aidées !)

Pourquoi ça « gratte » ?

Il faut tout d’abord savoir que seule la femelle moustique pique. Ses besoins physiologiques impliquent la nécessité de trouver du sang pour mener à bien la gestation de ses œufs. Pour cela, elle va donc pomper du sang là où elle en trouve ! Le fait de piquer l’épiderme humain ne génère pas en soi de douleur ou de démangeaisons. C’est lorsqu’elle injecte sa salive (un puissant anti-coagulant qui neutralise les plaquettes pour que le sang reste liquide et puisse être plus aisément aspiré) que notre organisme réagit : les mastocytes, cellules spécialisées situées dans la couche inférieure du derme, sécrètent entre autres de l’histamine.

Ce neuromédiateur, qui est aussi sécrété lors des réactions allergiques, est le principal responsable de la démangeaison et des rougeurs qui l’accompagnent ! La sensation de démangeaison débute dans la minute suivant la sécrétion histaminique, se poursuit durant 2 à 3 minutes, pour s’estomper environ 10 minutes après… Bien difficile de ne pas se gratter !

C’est lors de l’injection de sa salive, que le moustique peut communiquer certaines maladies à l’homme (chikungunia…)

Les « faux remèdes miracles »

Il existe deux grandes arnaques relatives à la protection contre les moustiques : la citronnelle, et les systèmes électroniques à ultrasons !

La citronnelle et ses dérivés à base d’huiles essentielles sont en effet efficaces sur quelques espèces d’arthropodes piqueurs… au détail près que cette efficacité dépasse rarement les 15 minutes. Ce qui limite grandement son intérêt…

Quant aux systèmes à ultrasons, basés sur la génération de fréquences censées reproduire le battement d’ailes des moustiques mâles pour éloigner les femelles (en passant, on se demande pourquoi cela les éloignerait), ils sont, de facto, totalement inefficaces !

Les moustiquaires nous protègent des moustiques. Seulement pour être efficaces, celles-ci doivent s’adapter parfaitement aux fenêtres, portes ou baies vitrées. Alors quels types de moustiquaires existent sur le marché ? Que choisir ? Comment prendre les mesures ? Comment les poser ? Les experts MOUSTISTORES vous répondent.

Quels types de moustiquaires peut-on trouver ?

A ce jour, il existe plusieurs « familles » de moustiquaires :

Les enroulables : Elles se fixent sur la partie haute de l’ouverture. Le plus souvent utilisées pour les fenêtres, en enroulement vertical, elles descendent et remontent facilement. On peut également les utiliser pour des portes, portes-fenêtres ou baies vitrées, mais il faut faciliter leur utilisation par des modèles à chaînette ou à treuil.

Les plissées : Utilisées principalement pour des grandes ouvertures, en un ou 2 vantaux, le mouvement se fait vers les côtés.

Les fixes : écrans qui restent en place le temps de la saison.

Le coffre, les coulisses de guidage et la barre de charge sont en aluminium laqué, et les toiles sont en fibre de verre gainée PVC.

Comment se pose une moustiquaire ?

La moustiquaire se positionne très simplement sur le tableau de la fenêtre ou sur le côté pour une porte ou baie vitrée. La fixation ne doit pas poser problème, la moustiquaire doit être aux dimensions exactes. Les modèles prêts à poser nécessitent parfois d’être ajustés. D’ailleurs on les dit « recoupables ». « Le tableau d’une fenêtre n’étant pas toujours régulier, il faut parfois opérer quelques raccords : des joints de finitions entre le mur et les coulisses, même pour du sur mesure », prévient le spécialiste.

Comment prendre les dimensions pour ses moustiquaires sans se planter ?

Puisque le tableau de fenêtre peut se montrer irrégulier, nous recommandons de prendre les mesures sur 3 niveaux : en haut, au milieu et en bas. « La variation possible n’est jamais énorme, à moins que la fenêtre ne soit de travers, ne tenez compte que de la plus petite mesure : afin d’être certain que la moustiquaire rentre », développe notre expert, « lorsqu’il s’agit d’une fenêtre, il suffit de prendre la hauteur et la largeur du tableau intérieur. Pour une baie vitrée, mieux vaut prendre les dimensions sur 3 points », souligne-t-il.  

Combien ça coûte des moustiquaires ?

Où trouver l’offre moustiquaire au mètre carré au meilleur prix ? Sur le site MOUSTISTORES bien sûr ! Avec les prix très adaptés d’aujourd’hui, comment ne pas opter pour l’un de ces  produits, à l’image de la remarquable Moustiquaire CONCERTO de luxe ?

 Quel site offre un meilleur rapport qualité-prix que www.moustistores.fr

Visitez, appréciez 

Article consulté 1488 fois.