Après des années de baisses successives et une embellie du marché immobilier avec des ventes records, le recentrage du PTZ et de la loi Pinel ainsi que l’arrêt de l’APL Accession ont participé au recul des ventes sur 2018 : un recul estimé à 6 %, selon Olivier Eluère, économiste au Crédit Agricole cité par Boursier.com.

Cette tendance n’est pas engageante pour 2019 où l’on parle déjà d’une possible augmentation des droits de mutation. Qu’en sera-t-il des taux de crédit immobilier ?

Des taux de crédit immobilier bas : leviers de croissance du marché immobilier

Depuis quelques années, malgré l’augmentation des prix des biens à la vente, on assiste à une envolée historique des transactions immobilières : presque 1 million de transactions dans l’ancien en 2017, selon le baromètre MeilleursAgents.com !

Cela s’explique principalement par des taux de crédit immobilier exceptionnellement bas depuis plusieurs années et un contexte favorable à l’accession à la propriété grâce à de nombreuses mesures prises en ce sens par l’État : PTZ, loi Pinel… qui ont permis à de nombreux Français de devenir propriétaires à un coût raisonnable. Si ces dernières ont été ajustées en 2018, qu’en sera-t-il des taux en 2019 ? Pour votre crédit immobilier, évaluez votre taux de crédit chez Vousfinancer.

Le rôle de la BCE dans la remontée éventuelle des taux de crédit

Le contexte économique mondial portait à croire, jusqu’à très récemment, à une remontée des taux de crédit immobilier, notamment si on assistait à « l’accélération marquée de la croissance américaine, accompagnée d’un dérapage budgétaire, d’une croissance soutenue en zone euro et d’un resserrement monétaire plus fort que prévu de la part de la Fed et de la BCE ».

Ce stress scénario d’Olivier Eluère, qu’il jugeait lui-même très peu probable, est cité par Boursier.com. Mais, si les taux OAT (Obligations Assimilables du Trésor) étaient bas et, avec eux, ceux des crédits immobiliers, c’est justement parce que la Banque Centrale Européenne apportait un soutien appuyé à l’économie pour compenser les conséquences du haut niveau de l’euro. Voilà pourquoi, avec la croissance revenue et la baisse du chômage, la BCE avait réellement programmé un resserrement de sa politique monétaire, laissant présager une remontée des taux.

Suivez toute l’actualité immobilière avec 123immo.info.

Une remontée des taux d’emprunt très mesurée

Cependant, le fera-t-elle vraiment avec la montée des populismes, notamment en Italie ? Si l’on ne peut rien présager, il est toutefois très probable d’assister à une remontée très progressive et mesurée des taux de crédit immobilier qui pourraient, éventuellement, suivre la tendance de la fin de semestre 2018 pour laquelle Sébastien de Lafond, Président et cofondateur de MeilleursAgents.com, prédit des taux de crédit dépassant légèrement les 2 %. Si cette prédiction devait s’avérer juste, il est à prévoir un très net recul des ventes immobilières.

Les conséquences d’une possible augmentation

Ce taux approximatif n’est en rien arrêté. Il peut être inférieur comme supérieur, ce qui entrainerait un vrai choc de confiance ainsi qu’une baisse des ventes dans un contexte où les prix ont grimpé. Ce choc pourrait également se nourrir du recentrage du PTZ et de la loi Pinel ainsi que l’arrêt de l’APL Accession ayant déjà entrainé un ralentissement des ventes en 2018.

À tous ces indicateurs, s’ajoute également la possible hausse des droits de mutation à titre onéreux. En effet, il ne faut pas oublier que le Premier ministre a proposé une hausse de 2 points sur les droits de mutation en mai dernier afin d’aider les collectivités locales qui seront prochainement privées de taxe d’habitation.

Au regard de tous ces éléments, il semble plus que jamais opportun, pour ceux qui le peuvent, d’acheter dès maintenant en profitant des meilleurs taux sur Vousfinancer.com.

Article consulté 8686 fois.