travail chaudronnier

Le métier de chaudronnier consiste principalement à travailler tout ce qui concerne les métaux. Le traitement des matériaux aboutira à des produits qu’on pourra ensuite utiliser dans divers secteurs d’activités. Des secteurs comme l’aéronaval, l’automobile, le viticole, le bâtiment, le mobilier et bien d’autres font ainsi appel à l’art de la chaudronnerie.

Le chaudronnier : d’artisan à technicien

Dans une époque lointaine, le traitement des métaux s’effectuait généralement à travers un travail manuel souvent harassant. En effet, des outils comme les marteaux ou les battes à planer servaient par exemple pour aplatir les plis sur le métal ou encore le compas et la règle pour réaliser le traçage. Aujourd’hui, on utilise toujours le même matériel mais des outils plus sophistiqués et modernes viennent en appui.

Etant donné que le domaine de la technologie ne cesse d’évoluer, le domaine de la chaudronnerie a suivi le pas. Le but est de rendre le travail plus précis et plus épuré, afin d’obtenir des produits de qualité et selon les normes. La majeure partie du travail s’effectue alors par le biais de machines-outils automatisés tels que le laser ou le plasma pour le traçage des feuilles de métal.

Afin de maitriser l’utilisation de ces outils, l’artisan du métal est ainsi supposé connaitre l’informatique. En effet, le fonctionnement de tous ces matériels de pointes est programmé par commandes numériques via ordinateur.

De ce fait, le chaudronnier n’est plus un simple artisan du métal, il s’est converti en fin technicien maitrisant parfaitement l’utilisation de machines de pointes.

Quelles qualités avoir pour prétendre à ce métier polyvalent ?

Comme dit précédemment, le chaudronnier doit avoir une parfaite maitrise de l’informatique afin de pouvoir manipuler les divers outils utilisés.

Bien que le domaine de la chaudronnerie fasse appel à la technologie pour alléger et accélérer le travail, l’utilisation d’outils souvent très lourds comme les postes de soudage, les chalumeaux, les perceuses et d’autres matériels, fait toujours partie du travail du chaudronnier. De ce fait, une bonne endurance physique est une des qualités requises.

Dans la mesure où la chaudronnerie est assimilée à de l’art, elle demande ainsi méticulosité et précision de la part de l’artisan. Cette qualité est surtout requise lors de la reproduction d’objets d’art métalliques anciens tels que les chaudrons, les marmites et autres.

Par ailleurs, le chaudronnier doit également savoir s’adapter à tous les environnements de travail. Il est possible que le travail se passe au niveau d’un chantier et non dans un atelier. C’est le cas lors de la réalisation de silos dans les centrales nucléaires, pétroliers ou encore hydrauliques. Toujours concernant le lieu de travail, le chaudronnier sera amené à travailler avec plusieurs corps de métiers. Dans ce sens, il doit impérativement avoir goût au travail d’équipe.

Article consulté 2726 fois.