Bosch, Fotograf: André Wagenzik, Jeschenko MedienAgentur Berlin GmbH, GHO 12V-20 Professional, GHO 12V-20 Professional, Venedig
Bosch, Fotograf: André Wagenzik, Jeschenko MedienAgentur Berlin GmbH, GHO 12V-20 Professional, GHO 12V-20 Professional, Venedig
Bosch, Fotograf: André Wagenzik, Jeschenko MedienAgentur Berlin GmbH, GHO 12V-20 Professional, GHO 12V-20 Professional, Venedig

Affleureuse et rabot sans-fil 12 Volts Bosch : Les compagnons de Roberto Tramontin, maître artisan constructeur de gondoles

 « C’est déjà un véritable défi en soi. Nous mettons corps et âme dans chaque bateau et nous faisons tout pour les rendre encore plus parfaits. » Roberto Tramontin a la passion dans le sang pour un métier fastidieux, il est constructeur de gondoles à Venise et la 4ème génération à perpétuer cette tradition.

Werft est situé dans le quartier de Dorsoduro à Venise, là où un calme absolu règne sur les canaux et où l’eau reflète les anciennes façades. « Le silence est magie à Venise, lorsque le brouillard enveloppe le paysage, tel du coton, et que l’on n’entend plus qu’un aviron qui glisse sur l’eau. » explique le constructeur de gondoles. Son arrière-grand-père, Domenico Tramontin, a ouvert l’atelier en 1884 et initié ainsi la tradition de la construction de gondoles vénitiennes. « Il a entrepris des modifications sur les anciennes gondoles, raccourci le côté tribord et donné à la gondole sa forme asymétrique. Elle glisse droit devant lorsque le gondolier plonge l’aviron du côté droit. Aujourd’hui, je continue d’utiliser les mêmes gabarits et les mêmes formes. Notre unité de mesure est le « pied vénitien » parce qu’il est adapté aux proportions de la gondole » . Jusqu’au 19ème siècle, le pied était une unité de mesure courante en Europe et sa longueur variait selon les régions. À Venise, il fait 34,8 cm.

Parmi les outils de construction traditionnels, Roberto Tramontin mise aussi sur l’outillage électroportatif pour fabriquer ses gondoles, et le rabot sans fil GHO 12V-20 Professional et l’affleureuse sans-fil GKF 12V-8 Professional Bosch sont de parfaits alliés en termes de confort et de flexibilité.

Les armoiries de la maison royale de Savoie trônent au-dessus du nom « Domenico Tramontin & Figli » à l’entrée de l’atelier et témoignent de l’importance des Tramontin comme fournisseurs de la cour. « À l’âge de 16 ans, quand j’ai commencé avec mon père dans l’atelier, je ne savais pas ce qui m’attendait. Au fil des ans, j’ai découvert la valeur de ce travail et j’ai compris que ce que l’on faisait était quelque chose d’unique au monde. » précise le constructeur de gondoles.

Équilibre entre tradition et modernité

Si parmi les outils traditionnels – hache, scie, marteau et rabot – Roberto Tramontin possède encore le rabot à main en bois de son grand-père, sur lequel l’empreinte de la main s’est incrustée au fil des décennies, il mise également sur des outils électroportatifs professionnels.
« Il s’agit d’un artisanat ancestral, mais cela ne signifie pas qu’il ne faut rien changer du tout. Il faut évoluer pour se perfectionner.», dit-il en remettant à son employé, Paolo Favaro, le rabot sans-fil GHO 12V-20 Professional Bosch, le seul sur le marché 12 Volts. « Un rabot doit être léger, parce que la plupart du temps on ne l’utilise que d’une seule main et longtemps. » déclare-t-il.

Le GHO 12V-20 Professional est comparable en termes de poids et de taille à un rabot à main classique et son maniement est par conséquent familier. Ce qui permet à Paolo Favaro de travailler confortablement, de manière contrôlée et flexible dans n’importe quelle position.

En outre, l’outil est bien équilibré, ergonomique et compact grâce au système 12 Volts et à son moteur EC sans charbon. Ce moteur EC offre également des performances élevées et ne nécessite pas d’entretien.

Adepte du silence, Roberto Tramontin apprécie particulièrement celui du rabot. Paolo Favaro a été conquis par sa conception, son carter d’arbre très robuste en aluminium et ses nombreuses fonctions telles que la profondeur de passe réglable dans 20 positions jusqu’à 2 mm. Si le rabotage prévu est supérieur à 1 mm de profondeur, un bouton de sécurité débloque le réglage.

Par ailleurs, la lame de rechange se trouve dans un petit support intégré dans la poignée, et la clé Allen requise pour le changement est dans un compartiment du porte-batterie, ainsi rien ne se perd.
L’éjecteur de copeaux, qui peut être inséré sur le côté droit ou gauche de l’outil, garantit également une certaine flexibilité.

La qualité du bois et des outils joue un rôle important

En tant que maître artisan constructeur de gondoles, Roberto Tramontin s’y connaît en bois « Nous devons reconnaître la qualité et le sélectionner avec soin. Il est important de savoir si le bois provient du côté Sud ou Nord d’un arbre. Chaque pièce a une spécificité et vient à un endroit précis sur la gondole : le chêne dur pour les côtés, l’épicéa léger pour la coque, le merisier pour les sections transversales, car il est facile à plier au feu. Les nervures intérieures sont en orme élastique et le marche pied du gondolier est en mélèze. En outre, nous utilisons également du tilleul, du noyer et de l’acajou. »
Avant qu’une gondole ne reçoive ses côtés, les longues planches doivent sécher à l’air pendant des mois pour être ensuite amenées à la forme type grâce au feu et à l’eau – la construction d’une gondole exige beaucoup de temps. « C’est la raison pour laquelle la qualité des outils que nous utilisons pour travailler le bois est très importante. » explique Roberto Tramontin en caressant sans cesse de la main la surface des parties latérales qu’il vient tout juste de travailler avec le GHO 12V-20 Professional.
Le petit rabot sans-fil a réussi son examen auprès de l’artisan. Une occasion pour le constructeur de gondoles de tester un autre outil de la gamme 12 Volts Bosch, la GKF 12V-8 Professional, la première affleureuse sans-fil 12 Volts.

Sa poignée est particulièrement mince et ergonomique, ce qui permet de guider facilement l’outil d’une seule main, par exemple pour fraiser des profils et des chanfreins convexes ou concaves.

Roberto Tramontin est satisfait et se penche une nouvelle fois sur son travail « Tu vois le bois au sol et tu le transformes en quelque chose que le monde entier t’envie. C’est un symbole de l’Italie, et pas seulement pour Venise. Même en Himalaya, ils savent ce qu’est une gondole. J’adore en construire. Cela vient du coeur, va dans la tête et arrive aux mains. »

Article consulté 2 579 fois.