Impression

Selon une étude Pouget rendue publique, les performances thermiques et environnementales des murs en béton cellulaire Ytong permettent d’atteindre les niveaux Energie et Carbone ouvrant droit au bonus de constructibilité.
Xella est un acteur engagé et reconnu dans l’élaboration des standards des bâtiments de demain, via ses solutions en béton cellulaire. Xella a d’ailleurs été la première entreprise à obtenir la certification Pro Perméa pour les logements collectifs.
C’est donc tout naturellement que le groupe est aujourd’hui prêt pour l’expérimentation du nouveau référentiel E+C-, qui préfigure les prochaines réglementations thermiques – RE 2018 (environnemental) puis RBR 2020 (bâtiment responsable).
Il introduit un changement majeur en prenant en compte le bilan carbone d’un bâtiment neuf en complément de son bilan énergétique afin de généraliser des bâtiments à énergie positive et à faible empreinte environnementale.

L’étude Pouget démontre que les solutions Ytong
atteignent les niveaux E3 et C2

Les résultats de l’étude indépendante, commandée par Xella auprès du bureau d’études Pouget, pour évaluer le positionnement des solutions Ytong S-BBC en collectif, démontrent l’excellent positionnement des solutions en béton cellulaire.

> CARBONE PCE : quel que soit l’énergie, la solution Ytong S-BBC 25 dépasse de 20 % le niveau C2, le plus exigeant du référentiel.
> CHAUFFAGE GAZ : la solution Ytong S-BBC 25 permet d’atteindre le niveau E2 et le seuil RT2012 -20 % ouvrant droit au bonus de constructibilité, avec seulement 10 cm d’isolation intérieure. Le niveau E3 peut être atteint en utilisant les meilleures techniques disponibles.
> CHAUFFAGE ELECTRIQUE : la solution Ytong S-BBC 25 permet de réaliser un bâtiment conforme RT 2012 avec isolation
intérieure, et même d’atteindre le niveau E1 en utilisant les meilleurs techniques disponibles. Le niveau carbone total C2
est atteint et ouvre droit au bonus de constructibilité, en complément du respect de 2 des 3 critères définis dans la démarche d’exemplarité environnementale.
Performances E+ C- : niveaux atteints avec les solutions YTONG*

Pour François Chardon, Directeur Marketing et Développement
de Xella France : « Cette étude, réalisée sur un bâtiment collectif
d’une surface habitable 2 022 m², soit 34 logements, démontre que les
solutions Ytong tiennent toutes leurs promesses en termes de maitrise de l’impact environnemental. Les mesures
des émissions PCE pour l’utilisation du béton cellulaire permettent
systématiquement d’atteindre le niveau Carbone 2, que ce soit en
chauffage électrique ou gaz. Et concernant l’Energie, les très
bonnes performances thermiques des solutions Ytong S-BBC assurent
aisément l’obtention du bonus de constructibilité en chauffage au
gaz, tout en restant en isolation par l’intérieur. Elles permettent également
d’atteindre la RT 2012 avec un chauffage électrique, toujours avec une isolation par l’intérieur. »

Ytong, des solutions conformes
aux exigences d’aujourd’hui et de demain

Les solutions en béton cellulaire Ytong disposent de FDES, norme NF
EN 15804, vérifiées par un organisme indépendant. Ces caractéristiques
correspondent aux exigences attendues pour l’ensemble des FDES
au 1er juillet 2017. Un gage de qualité aujourd’hui mais surtout de confiance à long terme, quand on sait que 56 % des 1 651 FDES
(représentants 35 718 références commerciales) ne sont que déclaratives
et qu’uniquement 26 % des FDES NF EN 15804 sont conformes à la norme
européenne, selon le baromètre INIES 2016.

Xella prêt à apporter son expertise
aux projets labelisés E+ C-

Dès le lancement de l’expérimentation, Xella a engagé une démarche
volontaire par le biais de ses équipes commerciales pour identifier et
apporter son concours et son expertise à des projets de bâtiments collectifs visant la labellisation E+ C-.« Grâce aux bénéfices thermiques et
environnementaux de nos solutions en béton cellulaire Ytong, l’objectif est de contribuer à la réalisation de projets partout en France, qui alimenteront l’observatoire mis en place par les pouvoirs publics », annonce François Chardon.

 

 

Article consulté 3 209 fois.